Économie sociale et économie collaborative

Mercredi, 9 Mars 2016

Si les deux dernières années ont été les années de la médiatisation du concept d'économie collaborative et de son accaparation par des structures capitalistes, l'année 2016 apparaît comme étant celle de la reprise en main de cette nouvelle forme d'organisation du travail par les acteurs et promoteurs de l'ESS.  

Dans un contexte d'ubérisation - synonyme de précarisation du marché du travail - de nos sociétés, les acteurs de l'ESS ne pouvaient pas rester sans mot dire face aux dérives capitalistiques de l'économie collaborative. Ils lui préfèrent d'ailleurs les termes d'"économie du partage", qui permettent dans une certaine mesure d'éviter les regrettables confusions autour de ces concepts récents. 

Le think & do tank POUR LA SOLIDARITÉ - PLS suit avec un grand intérêt les évolutions des réflexions autour de ces concepts et souhaite contribuer à définir une économie collaborative qui entrerait dans le champ de l'ESS. Pour cela, nous restons attentifs aux manifestations des acteurs du développement de cette économie :

Parmi ces acteurs figure Michel Bauwens, théoricien de l'économie du pair-à-pair. Lors d'une conférence donnée en février 2016 - à laquelle PLS a participé -, il dessine les perspectives d'un monde post-capitaliste. Il a bien insisté sur le fait que les plateformes comme Uber, Airbnb ou Blablacar exploitent à moindre coût les usagers du service et imposent encore un intermédiaire pour les échanges économiques. En prélevant une rente très rémunératrice sur l'usage qu'en font les utilisateurs, ces entreprises font figure sans équivoque de "captalistes". On peut donc difficilement parler "d'économie du partage" à leurs égards.

Dans le champ politique, Martine Pinville, Secrétaire d'État en France chargée du commerce, de l'artisanat, de la consommation et de l'économie sociale et solidaire s'est prononcée sur l'intérêt pour l'économie collaborative de s'inspirer davantage des principes et valeurs de l'ESS. Elle s'est exprimée en ce sens dans le cadre d'une interview parue dans le journal L'Humanité. 

Enfin, et cette fois dans un cadre européen, le Parlement Européen a publié un rapport sur le coût de la non-europe pour l'économie du partage. Cette étude, actuellement uniquement disponible en anglais, présente les opportunités et les défis économiques, sociaux et légaux qui se posent à cette économie. Elle donne aussi des pistes pour des politiques européennes venant encadrer de manière uniforme ces activités économiques encore très largement dérégulées, quand elles ne sont pas tout simplement interdites par les autorités publiques.

La revendication d'une économie collaborative portée par des acteurs de l'ESS, participant d'une veritable démocratisation économique, est dès lors un enjeu majeur pour l'année 2016