Chômage des jeunes : où en sont les politiques de lutte contre le décrochage scolaire ? TÉLEX POUR LA SOLIDARITÉ 09/2017

Newsletter institutionnelle - Télex
Septembre 2017

16,7% des jeunes actifs européens (- de 25 ans) sont sans emploi dans l’Union européenne. Publié par Eurostat à l’occasion de la Journée internationale de la Jeunesse (12/08/17), ce chiffre représente plus du double du taux de chômage de l’ensemble de la population active (7,7%)[1].

La flexibilisation du marché du travail montre depuis une quinzaine d’années l’augmentation des contrats précaires (en France, entre 2000 et 2016, +160% pour les CDD de moins d’un mois[2]) et la faiblesse des rémunérations accordées à cette catégorie de travailleur-euse-s.

Lorsqu’on dissèque les chiffres du chômage des jeunes, la corrélation entre difficulté d’insertion sur le marché du travail et faible niveau de qualification est évidente : dans l’OCDE, le nombre de jeunes au chômage est de 1,5 à 3 fois plus élevé lorsque le niveau d’études est bas et ne dépasse pas le niveau secondaire. Les politiques de lutte contre le chômage doivent impérativement s’attaquer en amont à ce que l’Europe appelle l’ASP, l’abandon scolaire précoce. 

Si le décrochage scolaire est pointé du doigt depuis plusieurs années et que l’Europe s’est fixé comme objectif de réduire ce taux d’abandon scolaire précoce en deçà des 10% d’ici 2020, quelles sont les politiques inclusives menées jusqu’à aujourd’hui pour lutter contre ce fléau ?

POUR LA SOLIDARITÉ-PLS, qui travaille depuis plus de dix ans sur la thématique du décrochage scolaire et de l’alternance, publiera très prochainement une trilogie de Notes d’analyse rappelant ce qu’est le décrochage et présentant les dernières initiatives innovantes en matière d’accrochage en Belgique, en France et au Québec. Cette publication abordera également la problématique du job d’étudiant comme facteur aggravant.

Outre les publications PLS présentes et à venir, découvrez l’essentiel des activités de notre saison 2017-18 qui s’ouvrira à Bruxelles le 21/09 avec un Midi sur le volontariat et le 29/09 avec un séminaire sur la lutte contre l’intériorisation des discriminations.

Belle rentrée solidaire à tous et toutes !

Françoise Kemajou et Denis Stokkink

 

[1] Marie Charrel, « Les jeunes, parents pauvres de la reprise », Le Monde, 13-14 août 2017

[2] Enzo et Sandrine Foulon, « La peur de l’embauche est-elle justifiée ? », Alternatives économiques, publié le 31/08/2017

Contact: 

Denis Stokkink