Bannière publication développement durable

Énergie et Europe : focus sur différents États membres

Notes d'analyse
Juin 2008
Version PDF

Notes d' analyse, Développement durable, juin, 2008

Ce working paper s’intéresse aux réalisations de plusieurs États membres dans le domaine de l’énergie : focus sur la Belgique, l’Espagne, l’Italie et la France.
La Belgique par exemple est un État fédéral où un grand nombre de compétences ont été transférées aux Régions (Flandre, Wallonie, Bruxelles) et Communautés (flamande, française et germanophone). C'est le cas de quantité d'éléments liés à la politique environnementale et énergétique.

La Belgique s'est engagée à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 7,5% (par rapport à 1990) d'ici à 2008-2012. La réduction devra atteindre 15% en 2020 pour se conformer à l'objectif européen fixé début 2008. En 2004, un accord de coopération relatif à la répartition de l'effort à accomplir a été conclu entre les trois Régions. La Région wallonne s'engageait alors à réduire ses émissions de 7,5% (au cours de la période allant de 2008 à 2012), contre 5,2% pour la Région flamande, la Région de Bruxelles-Capitale bénéficiant, elle, d'une possibilité d'augmentation de 3,475%. À cette époque, les émissions de la Région wallonne se situaient déjà à un niveau de 6,1% au-dessous de ceux atteints en 1990. La Belgique doit aussi faire un effort conséquent en matière d'énergies renouvelables : la part d'énergie verte devra atteindre 13% de la consommation en 2020 alors qu'elle n'était que de 2% en 2005. Pour atteindre ce but, le pays devra investir massivement dans le secteur.

Contact: 

Denis Stokkink