Bannière publication affaires sociales

L’austérité dans les traités européens

Notes d'analyse
Juin 2017
Version PDF

Bâtie sur le modèle de l’ordo-libéralisme allemand, la zone euro se régit par un cadre réglementaire. Si certains ne les respectent pas, alors toute crédibilité disparaît. Or, quand des règles ne sont pas adaptées à la conjoncture et empêchent de prendre des mesures essentielles pour l’avenir de la zone euro, il faut faire preuve de souplesse. POUR LA SOLIDARITÉ revient dans cette Note d’analyse sur cette gouvernance par les règles et soulève les défauts inhérents.

Avec la création de l’union économique et monétaire, certains pays européens se liaient entre eux. Désormais, les excès des uns pouvaient nuire aux autres. C’est pourquoi faute de gouvernement, la zone euro avait besoin d’un cadre réglementaire pour fonctionner.

Paradoxalement, l’encadrement par les règles n’est pas adapté à la situation post-crise et certains États se retrouvent avec une maigre marge de manœuvre. De plus, bien que ratifiées par les différents parlements nationaux, ces règles ont parfois un caractère anti-démocratique dès lors qu’elles obligent les gouvernements à prendre des décisions contre l’intérêt de leurs citoyens et en faveur des créanciers.

Cette Note d’analyse décrit ces règles et retrace leur évolution depuis Maastricht (1992) tout en soulevant leurs défauts et le besoin de les assouplir pour un meilleur fonctionnement de la zone euro.

 

Cette Note d'analyse est la troisième d'une série de quatre sur l'austérité dans la zone euro.

Contact: 

Denis Stokkink