Mobilité propre versus mobilité alternative ! TÉLEX POUR LA SOLIDARITÉ 04/2019

Newsletter institutionnelle - Télex
Avril 2019

Aujourd’hui, le développement durable apparaît comme un concept ancré dans les politiques publiques nationales et européennes, comme le prouvent les engagements pris par 196 États dans l’accord de Paris de décembre 2015. Il se définit comme un « développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre à leurs propres besoins »¹, et s’appuie sur trois piliers interdépendants : le social, l’économique et l’environnemental.

Dans ce contexte, la mobilité, entendue comme la capacité à se déplacer et les modalités qui permettent ces déplacements, apparaît comme un enjeu stratégique. Elle est à la base de notre vie quotidienne et de notre économie. Dès lors, comment assurer un développement durable sans un modèle de mobilité qui le soit également ?

Aujourd’hui, notre système de transport, dominé par l’usage du tout-à-la-voiture, semble foncer droit dans le mur, sans parvenir à se remettre en question. Outre l'accélération du changement climatique, nos modes de déplacement posent aussi des problèmes de santé publique et renforcent les fractures sociales et territoriales, ce qui fait de la mobilité un enjeu majeur de solidarité.

Au niveau européen, la Commission semble entrevoir, comme unique solution aux problèmes de mobilité, l’innovation technologique en matière de production de voitures propres. POUR LA SOLIDARITÉ-PLS recommande que les instances européennes explorent d’urgence les opportunités issues de l’innovation sociale qui favorisent des progrès en termes d’organisation et de mutualisation des déplacements. Seules voies possibles pour atteindre les changements radicaux auxquels nous devons nous confronter !


Solidairement vôtres,

Françoise Kemajou et Denis Stokkink

Contact: 

Denis Stokkink