Bannière publication participation citoyenne

Outils numériques, big data et citoyenneté

Notes d'analyse
Juillet 2016
Version PDF

Certains l’appellent la révolution numérique. Et en effet, cela en a tout l’air. Nos modes de vie, de travail, de communication sont modifiés par l’arrivée des outils numériques et des données qu’ils produisent et permettent d’analyser et d’échanger. Cette Note d’analyse de PLS s’attache à traiter plus spécifiquement les transformations de cette révolution dans le champ de l’action citoyenne.

Les exemples sont nombreux : des révolutions arabes facilitées par les téléphones portables et blogs contestataires à la plus récente affaire des Panama Papers et ses millions de documents et données « confidentielles », il semble évident que la révolution numérique affecte l’action citoyenne. D’un autre côté, les risques d’usages frauduleux, tant par les gouvernements pour surveiller les populations – pensons aux révélations de l’affaire Snowden – que par les entreprises à des fins commerciales violant la vie privée et le droit à l’anonymat, sont nombreux.

La problématique émergeant de ce premier constat et qui constitue le fil rouge de cette note est la suivante : les outils numériques et les données massives sont-ils des facteurs d’émancipation ou d’aliénation pour la citoyenneté ?

Dans un premier temps, nous montrons  comment les technologies numériques permettent de structurer les actions citoyennes et de créer autour de ces dernières des synergies qui n’auraient pas pu s’établir sans elles. Dans un deuxième temps, nous focalisons notre attention sur le phénomène des données massives, ou big data, et les potentialités qu’elles ouvrent.

Dans chaque cas, un exemple concret vient illustrer le propos. Aussi, à la fin de chaque partie, il nous a paru primordial d’exposer des éléments de mise en garde.

PLS pense que seul un usage réflexif de la part des citoyens et responsable de la part des entreprises et gouvernements peut permettre de rendre la révolution numérique positive pour notre société. Cette Note d’analyse vise à apporter des éléments argumentatifs pour défendre cette position.  

Contact: 

Marie Leprêtre