Bannière publication économie sociale

Espaces de coworking et tiers-lieux : de l’équipe à la communauté

Notes d'analyse
Mai 2017
Commander Version PDF

Loin d’être une mode, les espaces de travail alternatifs représentent une pratique partagée de plus en plus courante et innovante. En 2016, la Global Coworking Survey recensait près de 11.300 espaces de coworking à travers le monde, soit dix fois plus qu’en 2011.  Le nombre d’adhérents, multiplié par vingt sur la même période, dépasse aujourd’hui les 800.000. Dans cette Note d’analyse, POUR LA SOLIDARITÉ se penche sur ce phénomène où économie rime avec synergie.

Proposé en 1989 par le sociologue Ray Oldenburg, le concept de « tiers lieu » désigne des lieux conviviaux, accessibles et créateurs de liens ne relevant ni du domicile, ni du bureau traditionnel. L’apparition de ce type de lieux s’inscrit notamment dans un contexte historique de dématérialisation du travail, de démocratisation et de massification des nouvelles technologies de l’information.

Qu’il s’agisse d’espaces de coworking, de tiers-lieux ou de fablabs, tous ces lieux reposent sur la mise en commun d’espaces, de ressources matérielles, mais aussi de communautés humaines. Outre la dimension économique, c’est la dimension sociale de ces dispositifs qui suscite un vif intérêt.

Favorisant l’émulation, le networking et les synergies en tous genres, ces lieux innovants d’exercice du travail sont analysés dans cette publication sous l'angle historique, économique et social.

Débat sur le sujet organisé le 31 mai 2017 à Bruxelles lors d'un MIDI POUR LA SOLIDARITÉ !

Contact: 

Denis Stokkink