vaccin_covid.png

Le vaccin Covid-19 ? Un bien commun ! TÉLEX POUR LA SOLIDARITÉ 07/2020

Institutional newsletter
July 2020

La pandémie de Covid-19 a vu les grandes firmes pharmaceutiques se lancer dans une course effrénée au vaccin. Initiative louable, sommes-nous tenté.e.s de penser. Sauf que la priorité ce sont les milliards d’euros que gagnera le détenteur du brevet, pas les milliards de personnes que le vaccin sauvera, comme le dénoncent Figueredo, Petrella & Savio dans un article aux formes de manifeste¹.

Certains, d’ailleurs, ne s’en cachent même pas. Ainsi, Paul Hudson, directeur général de Sanofi, annonçait en mai dernier que si son groupe découvrait un vaccin contre le Covid-19, les Américains seraient fournis en premier, car les États-Unis « ont investi pour essayer de protéger leur population ».  En clair : les pays riches auront accès prioritairement au précieux sérum, les autres… Même constat en ce qui concerne un éventuel traitement. À peine le Remdesivir est-il supposé agir efficacement contre le coronavirus, que déjà les États-Unis passent commande de 500.000 doses, soit l’intégralité de la production des trois mois à venir. Et les autres pays ? Ils attendront le mois d’octobre !

La nécessité de sauver des vies humaines continue à être soumise aux lois du marché et l’humain reste la variable d’ajustement d’un modèle économique aux limites sans cesse repoussées. Que ceux qui craignaient la fin du Business as usual se rassurent : tout continue comme avant !

Cependant, dans la foulée de la campagne de Petrella « La vie n’est pas un brevet », une lettre ouverte réclamant un « vaccin gratuit pour tou.te.s » a été publiée en ligne, à l’initiative de 140 personnalités, ex-dirigeant.e.s et prix Nobel. Une manière de dire que l’argent sans foi ni loi², ça suffit comme ça ! Depuis, la démarche a été largement relayée et fait l’objet d’un appel à engagement (Vaccine Common Good) auquel PLS apporte bien évidemment son soutien. Faites de même !

La santé n’est pas une marchandise, dit-on souvent. Pour PLS, il est plus que temps de le démontrer !

Solidairement vôtres,

Françoise Kemajou et Denis Stokkink

 

¹ Reinaldo Figueredo, Riccardo Petrella & Roberto Savio, « Les vaccins sont des biens publics mondiaux. La vie n’est pas un brevet », Pressenza, 31 mai 2020.
² L’argent sans foi ni loi est le titre d’un ouvrage de Michel Pinçon & Monique Pinçon-Charlot, paru en 2012 aux Éditions Textuel.

Contact: 

Denis Stokkink